TENDANCES CANDIDATS : METEOJOB ET LCI LANCENT UN BAROMETRE MENSUEL DE LA RECHERCHE D’EMPLOI

CLEVERCONNECT | Janvier 2020

Meteojob et réunissent leurs expertises pour vous apporter chaque mois un éclairage sur les habitudes des candidats dans leur recherche d’emploi. Quelles sont leurs comportements en ligne ?  Leurs canaux privilégiés ? Leurs freins à la recherche ?

Ce tout premier baromètre a été réalisé sur un panel de 1957 personnes inscrites sur la plateforme meteojob et représentatives de la population française. 

 

Les chiffres du chômage sont très encourageants : le nombre de demandeurs d’emploi (notamment en catégorie A) est redescendu à un niveau historiquement bas, comparable à 2007. Cette bonne nouvelle pour l’économie française a pour effet d’inciter les entreprises à redoubler d’efforts pour attirer les candidats et leur offrir une expérience candidat irréprochable.

Job boards : la valeur sûre

Bien qu’au fil du temps les réseaux sociaux soient devenus la plateforme de choix pour trouver l’âme sœur, faire garder son chien ou déposer une réclamation au Service Après Vente, les internautes préfèrent – encore – procéder à leur recherche d’emploi auprès des sites professionnels dédiés : les job boards.

En deuxième position, les sites carrières drainent 50% des candidats qui souhaitent postuler directement auprès des entreprises qui leurs plaisent.

Sans surprise le conseiller Pôle Emploi a toujours aussi peu la cote auprès des candidats.

Les enjeux de mobilité déterminants au moment de postuler

Bien qu’une marque employeur forte a prouvé son efficacité dans l’attraction des candidats, ce sont finalement des critères plus pratiques qui interviennent dans la décision finale des candidats de postuler – ou non. En effet, la localisation de l’entreprise arrive en tête des préoccupations des candidats.

Le contenu de la mission, c’est-à-dire l’intérêt et la diversité des tâches figure en deuxième position des critères de sélection des candidats. 

Les actions menées par les entreprises pour limiter leur impact environnemental et améliorer leur rôle sociétale (RSE) sont de plus en plus observées par les candidats qui indiquent dans 20% des cas juger les valeurs de l’entreprise.

Le télétravail partiel est le remède des candidats contre les longs temps de trajets

Les français ne sont pas tous logés à la même enseigne s’agissant du temps de trajet domicile – travail. Les franciliens passent en moyenne 44 minutes dans les transports (aller-retour) quand ils sont à 21 minutes en Bretagne par exemple.

En miroir de cette réalité, les candidats se disent prêts à réaliser des trajets allant de 30 minutes à 1 heure maximum chaque jour.

En revanche, ils sont disposés à parcourir de plus longue distance si l’entreprise leur permet de faire du télétravail partiel.

Quelles concessions envisageables contre un CDI ?

Les candidats déclarent à 76% être disposés à réduire le périmètre de leurs responsabilités pour ne pas rester hors poste trop longtemps. Ils seraient également prêts à accepter un poste qui ne correspond pas complètement à leurs aspirations pour les mêmes raisons.

Toutefois leur attachement à leur territoire les empêche d’envisager une relocalisation dans une région plus dynamique au niveau de l’emploi, pour 59% des personnes interrogées.

Il est probable que l’embellie du marché de l’emploi limite à l’avenir les concessions que les candidats sont prêts à faire pour signer un contrat de travail.

Une période génératrice de stress

Période toujours difficile à vivre, la recherche d’emploi est source d’inquiétude pour 65% des interrogés et même de stress pour 59% d’entre eux.

L’incertitude quant à leur avenir et leur valeur sur le marché engendre des angoisses pour les candidats, d’autant plus s’ils se sentent déconsidérés par les recruteurs.

Le Time-to-hire : les candidats souhaitent un process plus rapide

Pour 59% des candidats, le processus de recrutement est considéré comme trop long s’il dépasse 3 semaines.

Sachant que le délai moyen en France est estimé à 32 jours, les entreprises ont encore de gros progrès à faire ! 

Etapes de recrutement : les candidats ouverts au changement

L’écrasante majorité des candidats s’attendent sans surprise à envoyer CV et lettre de motivation, puis à passer un rendez-vous (physique ou par téléphone), dans un processus classique de recrutement.

Mais ils seraient également très favorables à l’idée de faire un test de personnalité ou de langue ou de passer un entretien vidéo (plus de 70% des interrogés).

En revanche ils ne voient pas d’un bon très œil l’entretien collectif (43% d’entre eux disent qu’ils réagiraient mal à l’idée de se voir proposer cette étape).

Le manque de communication est toujours la première cause d’une mauvaise expérience candidat

L’absence de réponse du recruteur suite à une candidature ou l’absence d’explications suite à un refus sont les plus grands motifs de déception (pour 66% et 58% des candidats).

61% des français interrogés ont également indiqué qu’ils avaient au moins vécu une expérience décevante.

Une mauvaise expérience candidat qui a des conséquences pour l’entreprise

Non seulement les candidats qui ont eu une mauvaise expérience auprès d’une entreprise déclarent ne plus vouloir retenter leur chance auprès de celle-ci dans 60% des cas, mais ils se disent prêts à parler de leur déconvenue à leur entourage à 55% !

Vous avez un projet de recrutement ?

Ces articles pourraient vous intéresser :